ActualitésFlash InfosLe monde en bref

Haiti :  Le premier ministre suspecté d’avoir commandité la mort du président de la République

 »Inculpation pure et simple  » (…)  » interdiction de quitter le territoire haïtien » .Tels sont les deux garde-fous intimés au premier ministre de Haïti , Ariel Henry . Le commissaire du gouvernement , Bed-Ford Claude qui a enjoint le juge enquêtant sur l’affaire à appliquer ces mesures est formel . Le chef du gouvernement  aurait  entretenu des conversations téléphoniques avec l’un des principaux suspects de l’assassinat du Président  , Jovenel Moise . 

L’équivalent du procureur de la République en Haïti , a annoncé être en possession de  »suffisamment d’éléments compromettants qui forment sa conviction sur l’opportunité de poursuivre Monsieur Henry et de demander son inculpation pure et simple ».

Relativement à l’interdiction de sortie du territoire , le commissaire pointe un doigt accusateur , preuve à l’appui,  sur le premier ministre du défunt président .

Il parle de  »présomptions graves d’assassinat sur le président de la République » .  La pièce à conviction nodale de ce épisode judiciaire est un coup de fil du premier ministre. Le procureur aurait en sa possession des preuves que le chef du gouvernement se serait entretenu avec l’une des personnes suspectées d’avoir perpétré le meurtre , quelques heures après les faits .

Le Premier ministre dément l’accusation

En effet , le numéro deux du gouvernement haitien qui joue les premiers rôles au sommet de l’exécutif depuis le décès du président avait balayé ces accusations du revers de la main  .

« Les manœuvres de diversion pour semer la confusion et empêcher la justice de faire sereinement son travail ne passeront pas (…) Les vrais coupables, les auteurs intellectuels et les commanditaires de l’assassinat odieux du président Jovenel Moïse seront trouvés, traduits en justice et punis pour leur forfait » , avait -il répondu .

 

De fait , la balle est dans le camp du juge enquêtant sur l’assassinat du président Jovenel Moïse. Il a les cartes en mains pour donner suite à la requête du commissaire du gouvernement . Les prochains épisodes de ce serpent de mer judiciaire en perspective défraieront la chronique .

 

 

 

 

 

- Publicité -
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page