ActualitésINTERNATIONALLe monde en bref

Coup d’état en Guinée : Qu’en pensent La France , L’Union Africaine et La CEDEAO ?

L’Hexagone , L’Union Africaine et La Communauté économique des États de l’Afrique de L’Ouest ont accordé leurs violons pour condamner le coup d’état militaire qui a renversé , le président Guinéen Alpha Condé , ce 05 septembre .

L’UNION AFRICAINE RUE DANS LES BRANCARDS CONTRE LE COUP D’ETAT EN GUINEE

 

Le Président en exercice de l’Union africaine S.E. Félix Tshisekedi et le Président de la commission de l’Union africaine  S.E. Moussa Faki Mahamat condamnent toute prise de pouvoir par la force et demandent la libération immédiate du Président Alpha Condé.

Ils invitent le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine à se réunir d’urgence pour examiner la nouvelle situation en Guinée et pour prendre les mesures appropriées aux circonstances.

LA CEDEAO DESAPPROUVE LE PUTSCH

La CEDEAO note avec grande préoccupation les récents développements politiques survenu à Conakry, République de Guinée. Elle condamne avec la plus grande fermeté cette tentative de coup d’État de ce dimanche 5 Septembre 2021.

La CEDEAO exige le respect le respect de l’intégrité physique du Président de la République, le Professeur Alpha Condé et sa libération immédiate et sans condition ainsi que celle de toutes les personnalités arrêtées.

Elle exige également le retour à l’ordre constitutionnel sous peine de sanctions.

La CEDEAO réaffirme sa désapprobation de tout changement politique anticonstitutionnel.

Elle demande aux forces de défense et de sécurité de demeurer dans une posture républicaine et exprime sa solidarité envers le peuple et le Gouvernement Guinéens.

Fait à Accra, le dimanche 5 Septembre 2021.

S.E.M. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo

Président de la République du Ghana et Président en exercice de CEDEAO

LA FRANCE JOINT SA VOIX A LA CEDEAO

 

La France se joint à l’appel de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), pour condamner la tentative de prise de pouvoir par la force survenue le 5 septembre, demander le retour à l’ordre constitutionnel et appeler à la libération immédiate et sans condition du Président Condé. La France est en contact étroit avec ses partenaires africains et internationaux.

 

- Publicité -
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 1 =

Bouton retour en haut de la page