ActualitésCôte d'Ivoire

Scandale sexuel : KKB le DSK ivoirien ?

C’est le buzz du moment sur les réseaux sociaux. Depuis ce lundi 27 septembre, un scandale à caractère sexuel impliquant le ministre de la Réconciliation Konan Kouadio Bertin -plus connu sous le surnom de KKB – défraie la chronique.

Dans une bande audio devenue virale depuis l’éclatement de l’affaire, on entend des envoyés du ministre KKB demander pardon à sa collaboratrice Sophie Densie qui prétend avoir été violée par le ministre au mois d’avril à Divo. L’affaire est à prendre au sérieux parce que dans cette causerie de près d’une heure, on entend le ministre être cité nommément par son envoyé qui regrette ses « bêtises » de garçon. Le camp des plaignants c’est-à-dire Sophie Densie et son compagnon réclamerait aussi la somme de 250 millions de FCFA pour ne pas porter plainte. Cette version du ‘ « scandale » fait débat. D’aucun en effet soutiennent que la jeune dame fait du chantage gratuit au ministre pout lui extorquer de l’argent sinon elle nuirait à sa carrière politique.
Un autre camp enfonce KKB comme fautif, qui devrait prendre cher c’est-à-dire être débarqué et traduit devant les tribunaux pour répondre de l’acte qu’il aurait commis. Dans ce flot de commentaires et d’ « informations »pas toujours vraies ,d’aucun disent que la Camerounaise serait effectivement la copine de KKB depuis longtemps, avant qu’il ne soit ministre. Pour savoir la version officielle du concerné, nous avons joint l’entourage du ministre de la Réconciliation.

L’un de ses proches nous a déclaré que cette information était fausse. Cette version vient manifestement battre en brèche la version la plus répandue comme quoi le ministre aurait effectivement commis l’acte répréhensible. KKB d’ailleurs envisage porter plainte pour diffamation et calomnie. Mais déjà l’affaire de jupons ressemble bien à celle de Dominique Strauss Kahn aux USA en mai 2011. L’ancien Directeur du FMI avait à l’époque été arrêté par la police américaine, sur plainte de la femme de chambre Nafissatou Diallo qui accusait le Français de l’avoir forcé à lui faire une fellation.
Si en France à l’époque, l’affaire n’avait pas trop surpris le microcosme politique, au courant mais silencieux sur le penchant de DSK à être porté sur la bagatelle, ici en Côte d’Ivoire c’est KKB qui quoi qu’il arrive voit son image ternie. Que nous réserve la suite de cette sordide histoire de sexe ? Ou KKB est acculé, limogé et sa carrière politique est enterrée, ou il se tire d’affaire en sauvant les apparences par un deal avec la plaignante et on en reparle plus. De toutes les façons, le ministre est dans de beaux draps.

D K

- Publicité -
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 10 =

Bouton retour en haut de la page